Maîtriser l’énergie en Guadeloupe :
pourquoi et comment ?

En Guadeloupe, on se bouge pour la maîtrise de l’énergie. Comprendre le contexte énergétique guadeloupéen, s’inspirer des projets innovants du territoire, et se mettre en action : pour découvrir le sujet de la maîtrise de l’énergie en Guadeloupe, et en quoi ça vous concerne, c’est par ici !

Comprendre les enjeux énergétiques guadeloupéens

Le mix électrique
guadeloupéen

Le mix électrique, c’est la façon dont les différentes sources de production de l’électricité se répartissent dans la consommation d’énergie électrique finale sur un territoire. En Guadeloupe, voilà d’où vient l’électricité que vous consommez :

  • 53 % du pétrole
  • 26 % du charbon
  • 21,24 % des énergies renouvelables.

En comparaison, le mix énergétique global français est composé à 42,5 % d’énergie nucléaire, 30,6 % de pétrole, 14,2 % de gaz, 3,3 % de charbon et 9,4 % d’énergies renouvelables.

Insularité
et énergies fossiles

De par sa nature insulaire, le territoire guadeloupéen fait partie des Zones non-interconnectées (ZNI) au réseau électrique métropolitain. En résulte une nécessité de produire elle-même l’électricité consommée, et une forte dépendance vis-à-vis des énergies fossiles, fortement contributrices des émissions de Gaz à effet de serre (GES). Une autre conséquence de cette dépendance aux énergies fossiles est le risque lié à la sécurité d’approvisionnement énergétique du territoire.

Le pari des
énergies renouvelables

En comparaison du mix énergétique global français, la Guadeloupe n’a pas à rougir de ses résultats en matière de développement des énergies renouvelables. Celles-ci représentent 21,24 % du mix électrique guadeloupéen, et voici leur provenance en détail :
  • 6,26 % de la géothermie
  • 5,56 % de l’énergie photovoltaïque
  • 3,27 % de biomasse, notamment via l’exploitation de la bagasse (résidu de de la production de la canne à sucre)
  • 3,19 % de l’énergie éolienne
  • 2,36 % d’hydroélectricité
  • 0,7 % issu du biogaz.

Inspirations : La Guadeloupe, une île qui a de l’énergie à revendre

Malgré les difficultés liées à l'insularité et à la dépendance énergétique du territoire guadeloupéen, les leviers des énergies renouvelables, et des changements de comportements, sont de solides axes d’amélioration de la maîtrise de l’énergie en Guadeloupe. La preuve en exemples.
À Jarry

Des énergies fossiles plus propres

En Guadeloupe, le salut passe d’abord par une baisse des impacts environnementaux liés à la production énergétique issue de la combustion du charbon, et du pétrole. Dans la zone industrielle de Jarry, la plus grande centrale thermique de l’île a ainsi été rénovée et équipée de technologies innovantes pour la rendre plus efficace, et moins polluante. Résultats : une diminution de 15 % de la consommation de combustible, une réduction des émissions de dioxyde d’azote de 85 %, et une économie de 700 000 tonnes d’eau douce par an.
À Sainte-Rose

Développer l’éolien

A Sainte-Rose (Basse-Terre), un parc composé de 8 éoliennes a vu le jour en 2018. D’une puissance installée de 16 MW, ce parc éolien permet d’injecter 33 GWh d’énergies renouvelables dans le réseau électrique, soit près de 2% du mix électrique guadeloupéen.
À Basse-Terre

Valoriser les déchets

A Basse-Terre, la distillerie Bologne SA valorise ses déchets depuis 2004. Et les transforme en électricité verte (1 850 MWh / an), tout en évitant l’émission de 1 500 tonnes de CO2 par an.
À Baie-Mahault

Nous avons du soleil :
profitons-en !

A Baie-Mahault, une installation photovoltaïque de 280 m2 a été réalisée sur le toit du centre commercial Le Pavillon. A l’entrée de ce dernier, un écran indique en temps réel la puissance, la production d’énergie et la quantité de CO2 évitée par l’installation. Engagés dans une démarche de certification Iso 50001 dans le cadre de la maîtrise de l’énergie, le centre commercial Destreland, ainsi que ses enseignes, ont fait le choix de l’autoconsommation photovoltaïque contribuant ainsi à la réduction de plus de 2000 tonnes d’émission de CO2 par an. Carrefour Destreland est ainsi désormais doté de 5300 panneaux photovoltaïques soit 70% de la surface totale, ce qui permet d’éviter l’émission de 1400 tonnes de CO2 par an. L’enseigne Mr. Bricolage dispose quant à elle de plus de 1200 panneaux solaires et 500 panneaux ont été installés sur le toit de l’enseigne Decathlon.

Changer les comportements

Opter pour la climatisation naturelle, renforcer l’isolation de son habitation, renouveler ses appareils électroménagers, changer ses modes de déplacement, passer à un système de chauffage moins énergivore et polluant... : c’est aussi au niveau des citoyens et des petits gestes, que la maîtrise de l’énergie se joue.
 

Travailler
dans la maîtrise de l’énergie

Génie électrique, construction, assemblage, exploitation et maintenance, inspection de sites industriels, commercialisation de nouvelles solutions, marketing, construction, conseil aux particuliers... : la maîtrise de l’énergie touche tous les secteurs d’activités et tous les métiers. Envie de rejoindre un domaine porteur (et utile) ?

En savoir plus :
 

Se former
à la maîtrise de l’énergie

Quelle que soit leur technicité, les métiers de la rénovation énergétique, des énergies renouvelables et de la maîtrise de l’énergie en général supposent un minimum de formation sur le sujet. Quelle sera la vôtre ?

En savoir plus :